اللي حرق صحّا ليه...و اللي م نجّمش يحرق مرحبا بيه. نحن لم ننتظر اربعطاش جانفي

dimanche 14 décembre 2008

Un poème pour Gafsa



Amina SAÏD:Rêvant
(Tunisie 1953)



Rêvant
Notre naissance en différé
Nous aurions joué
Un temps
Au jeu grave
De ne savoir qu’un nom
De n’avoir qu’un visage
Au miroir sanglant d’un monde

Toutes les portes ne seraient
Qu’entrouvertes
Sur nos rives

Il n’était de liberté
Qu’en sommeil
Toute l’image d’un désir
Il n’était de soleil
Qu’en germe de poussière

Ne voulions-nous pas
Le printemps
Tout de suite

Aucun commentaire: